17 novembre 2006

A Alès c'est ELLE !

Merci à toutes et tous pour cette mobilisation, bravo à notre candidate à qui nous avons donné hier soir un formidable élan pour 2007 !

En route pour faire gagner la gauche et nos valeurs au mois de mai prochain.

Rejoignez nous pour faire gagner la gauche et Ségolène !
>> 06 11 50 76 54 / desirsdavenir_grandales@yahoo.fr

Les résultats alésiens et gardois :

>> Section Robert Gourdon :
Inscrits : 76 / Exprimés : 55 (72 % de participation)
Ségolène ROYAL : 42 (76 %)
Dominique STRAUSS KAHN : 12 (22 %)
Laurent FABIUS : 1 (2 %)

>> Section Louise Michel :
Inscrits : 102 / Exprimés : 73 (72,5 % de participation)
Ségolène ROYAL : 37 (50,5 %)
Dominique STRAUSS KAHN : 23 (31,5 %)
Laurent FABIUS : 13 (18 %)

>> Au total sur Alès :
Inscrits : 178 / Exprimés : 128
Ségolène ROYAL : 79 (62 %)
Dominique STRAUSS KAHN : 35 (27 %)
Laurent FABIUS : 14 (11 %)

>> Dans le Gard :
Inscrits : 2934 / Exprimés : 2555
Ségolène ROYAL : 1462 (57,2 %)
Dominique STRAUSS KAHN : 770 (30,2 %)
Laurent FABIUS : 323 (12,6 %)

Posté par da_grandales à 13:23 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires sur A Alès c'est ELLE !

    fuck ségoléne!!!

    Posté par Joe, 17 novembre 2006 à 13:30 | | Répondre
  • Vidéo de Ségolène

    Bonjour,

    Je vais essayer de poster un message un peu plus utile que le précédent...

    Je tiens d'abord à vous féliciter de votre engagement

    Ségolène Royal a accordé un entretien aux trois sections universitaires PS (Sciences-Po, ENS et Sorbonne) il y a un mois, répondnt aux questions des militants.

    Si cela vous intéresse, vous pouvez retrouver ces vidéos (3 parties) à l'adresse suivante

    http://ps-scpo.over-blog.com/article-4603883-6.html

    Amitiés socialistes

    Etienne

    Posté par Etienne, 22 novembre 2006 à 10:05 | | Répondre
  • Ce message de Philippe Meirieu, pédagogue très connu, est d' une importance capitale. Il me l' a fait parvenir hier et m'a autorisé à le diffuser sur Désirs d'avenir

    Je me permets de le reposter.

    Chris

    ____________________________________________



    “Je propose la création, dans tous les établissements, d’ “unités pédagogiques” de 60 à 80 élèves qu’on confierait à une équipe de professeurs qui y auraient l’essentiel de leur service, avec une enveloppe globale d’heures-élèves à organiser comme ils le souhaitent. Il me semble qu’on n’aurait pas besoin alors de compter leurs heures ! Bien sûr, ce système serait mis en place progressivement sur la base du volontariat. Il permettrait, en même temps, l’insertion des élèves dans une unité à taille humaine, l’organisation de travaux en groupes de tailles diverses selon ce qui est requis par les activités pédagogiques et les objectifs d’apprentissage. On peut aussi penser que ces unités pédagogiques seraient des repères pour les familles. Un professeur pourrait en assurer la coordination à tour de rôle avec une décharge partielle d’enseignement, un bureau et un petit budget de fonctionnement. On impliquerait ainsi les enseignants dans un système sur lequel ils auraient vraiment prise collectivement et où je suis convaincu qu’ils se mobiliseraient fortement.

    On peut aussi envisager un système simple de périquation : 1 heure de cours = 2 heures d’activités pédagogiques ne nécessitant ni préparation ni correction (suivi individualisé, travail documentaire, réunions de concertation, rencontres avec les familles, etc.). Chaque professeur pourrait alors choisir d’organiser son temps dans ce cadre au sein des unités pédagogiques en fonction des besoins des élèves et de la réflexion menée avec ses collègues... Certes, tout cela reste à retravailler, mais il y a ici des solutions acceptables par tous dans l’intérêt de tous...

    Evidemment, la question de la grande fatigue des enseignants qui ont à faire face à des situations particulièrement difficiles doit être traitée en même temps : ces enseignants ont besoin de temps de respiration, de formation, d’accompagnement. Et il faut, pour cela, que la dotation horaire des établissements difficiles soit significativement augmentée : c’est pourquoi je milite pour l’indexation de la dotation horaire et budgétaire (budget consolidé évidemment) sur la CSP des familles des élèves qui y sont scolarisés (plus la moyenne de la CSP est basse, plus la dotation est importante et inversement)... et cela, évidemment, aussi bien pour les établissements publics que pour les établissements privés qui montreraient ainsi qu’ils participent vraiment à l’effort collectif en faveur de tous.”

    Philippe Meirieu

    Posté par chris, 22 novembre 2006 à 18:04 | | Répondre
Nouveau commentaire